Réseau des collectivités Territoriales pour une Économie Solidaire

fabien calcavechia
Le 20 novembre 2019

L'économie sociale et solidaire au Congrès des Maires

Un forum dédié à l'économie sociale et solidaire s'est tenu ce 19 novembre au 102e Congrès des maires de France. Un signal important qui témoigne de la prise de conscience par les maires de l'importance de l'économie sociale et solidaire pour le développement des territoires, ruraux comme urbains.

"L’économie sociale et solidaire est une réponse au sentiment de délaissement et d'abandon de nos concitoyens" a introduit Laurent Hénart, maire de Nancy (Meurthe-et-Moselle) et président de la commission développement économique de l’Association des Maires de France, qui co-présidait le forum de ce 19 novembre. Mohamed Gnabaly, maire de L’Île Saint Denis (93), vice-président de l’AMF et deuxième co-président du forum, a invité tous les élus présents dans la salle à "se servir de l'ESS pour développer des stratégies territoriales et créer de l'emploi et des richesses sur nos territoires". Comment ? Pour Mohamed Gnabaly, membre du RTES et fondateur de la société coopérative d'intérêt collectif (Scic) Novaedia, il importe d'"impliquer la population", de construire une "culture commune" permettant la collaboration entre l'administration et les porteurs de projet, de s'affranchir de la logique de secteur pour partir des besoins et des atouts du territoire.

"L'ESS, c'est l'économie de l'avenir car elle permet de vivre sa vie", et répond au désir "des hommes de s'impliquer et de ne pas être de simples rouages d'une économie sur laquelle on n'a plus prise" a affirmé Jean Girardon, maire de Mont-Saint-Vincent (Saône-et-Loire), représentant de l’AMF au Conseil supérieur de l'économie sociale et solidaire. Celui qui est aussi président de la Commission nationale de l'aménagement commercial (Cnac) a fait le lien avec l'enjeu de maîtrise du foncier et de redynamisation des centres-villes pour les communes.

Christiane Bouchart, conseillère municipale de Lille et vice-présidente du RTES, partenaire de ce forum, a rappelé les caractéristiques de l'ESS: ancrage local, territorialisation de la valeur ajoutée, gouvernance partagée, et l'importance de politiques publiques locales coconstruites, qui permettent la création d'écosystèmes favorables.

Dounia Besson, adjointe au maire de Lyon et vice-présidente du RTES, a souligné que l'ESS est une économie de proximité, contribuant à l'émancipation des personnes.

Ce forum a été l'occasion pour plusieurs élus de présenter des initiatives prises faisant écho à ces principes, de Lille et Lyon à Larrazet (680 habitants, Tarn-et-Garonne), ou encore Paea (Polynésie française),  Pont-Château (territoire candidat à l'expérimentation "Territoires zéro chômeur de longue durée", Loire-Atlantique), ou Plouguerneau (avec un exemple de conventionnement avec Familles Rurales dans le cadre d'un SIEG).

Jérôme Saddier, président de ESS France et vice-président du Crédit coopératif, a invité à "sortir du conformisme" et de certaines idées reçues sur cette forme d'économie, qui n'est pas un secteur. Réputée "massivement subventionnée", elle serait en réalité "moins aidée que n'importe quel secteur économique en France". Marie-Martine Lips, présidente du Conseil National des CRESS, a souligné le travail nécessaire avec tous les niveaux de collectivités, et l'importance de ne pas considérer les collectivités comme de simples financeurs, mais de faire "projet commun" entre acteurs de l'ESS et collectivités.

"Comment sort-on l'intérêt général de nos institutions et le pose-t-on sur la place publique, et comment permet-on au citoyen de le prendre en main ?", a interrogé Mohamed Gnabaly en conclusion, en mobilisant les citoyens.

L'ensemble des intervenants ont salué l'initiative de l'AMF d'aborder cette thématique, et l'importance de renouveler ce temps. Rendez-vous au prochain Congrès en 2020 !

Retrouvez l'article retour de Localtis et de la Gazette des communes sur ce forum ESS. 

Crédit photo : fabien calcavechia