Réseau des collectivités Territoriales pour une Économie Solidaire

vfdgdq
Le 8 septembre 2020

Temps d'échange avec Jean-Louis Laville autour de l'innovation sociale

Un temps d'échange en visioconférence avec Jean-Louis Laville, sociologue et économiste, a été organisé par le RTES à la suite de son Assemblée générale du 3 septembre 2020. L'occasion de présenter son dernier ouvrage "Du social business à l'économie solidaire - Critique de l'innovation sociale", co-dirigé avec Maïté Juan et Joan Subirats. 

Retrouvez l'intervention de Jean-Louis Laville : 

 

Et les échanges avec les participants à l'Assemblée Générale du RTES : 

 

social business

L'ouvrage "Du social business à l'économie solidaire - Critique de l'innovation sociale" (Éditions Érès, 336 pages, mars 2020) présente deux approches contrastées de l'innovation sociale : la première qualifiée de social business se contente d’une amélioration du modèle économique dominant, l’innovation s’inscrivant dans une perspective réparatrice et fonctionnelle ; la seconde, du côté de l’économie solidaire, a pour horizon une démocratisation de la société.

Cet ouvrage propose un bilan inédit du social business. Il met aussi en lumière les multiples innovations citoyennes qui s’attaquent à des problèmes structurels affectant le quotidien des populations. Dans ces dynamiques de politisation ordinaire, les habitants retrouvent un pouvoir d’agir. Certaines collectivités locales commencent à les soutenir, à l’instar de la mairie de Barcelone dont l’expérience primaire de municipalisme valorise les communs autant que les alliances entre acteurs, chercheurs et responsables politiques.

Ses auteurs enjoignent l'économie solidaire à résister à la tendance uniformisante du social business et au contraire à affirmer ses différences dans le cadre d'une économie plurielle. Ils invitent les acteurs de l'économie solidaire à s'inscrire dans une "socio-économie de territoire" participant à la transition écologique et solidaire en préférant des alliances avec des acteurs économiques et sociaux qui gardent des liens avec leurs territoires (commerces de proximité, artisans, PME...) plutôt que des grands groupes mondialisés. Ils appellent également les acteurs de l'économie solidaire à jouer la complémentarité entre les différents statuts juridiques de l'ESS et les élu.e.s locaux en charge de l'ESS à renforcer leur dialogue à l'international, notamment avec les élu.e.s issu.e.s du mouvement municipaliste en Espagne, pour permettre une nouvelle dynamique dans la co-construction des politiques publiques d'ESS.