Réseau des collectivités Territoriales pour une Économie Solidaire

ducloy
Le 30 avril 2019

La place de l'ESS dans le plan de relance du centre-ville de Calais : entretien avec Michèle Ducloy

Michèle Ducloy est conseillère communautaire en charge de l'ESS de la Communauté d'agglomération Grand Calais Terres & Mers et adjointe au maire de Calais déléguée à l’emploi et à la formation. Elle revient pour nous sur ses chantiers actuels pour le développement de l'ESS et notamment l'articulation avec le projet de revitalisation du centre-ville de Calais. 

Calais fait partie des villes retenues dans le cadre du plan national « Action cœur de ville ». Quelles sont les actions de la Ville de Calais et de Grand Calais Terres & Mers en faveur de la revitalisation du centre-ville de Calais et avec quels rôles pour les acteurs de l'ESS ?

Depuis 2008, la municipalité calaisienne entreprend de refonder l’image de Calais et d’en assurer le dynamisme. Cette stratégie, mise en œuvre en concertation avec la Communauté d’agglomération Grand Calais Terres & Mers, ainsi que l’ensemble des forces vives et des partenaires du Calaisis, a permis au territoire de définir un axe d’intervention prioritaire autour de la revalorisation du centre-ville de Calais. 

Ce dernier doit redevenir un réel pôle d’attractivité, grâce à une multitude de fonctions « re-centralisées » et rassemblées au cœur de l’espace urbain. A ce titre, la commune mène depuis deux années environ, un vaste Plan de Relance du centre-ville organisé autour :

  • D’un resserrement du tissu commercial en hyper centre-ville, et d’une réorganisation de celui-ci grâce à des diagnostics fins de l’offre et de la demande,

  • D’un accompagnement à la création, aux travaux, aux loyers de certains porteurs de projets,

  • De la revitalisation du centre commercial « Calais Cœur de Vie », porté par la SPL, par la diversification des fonctions et services offerts à la population : Ecole des Langues, Maison Médicale, antennes de la société des Eaux et de l’exploitant du réseau TC (Calais Opale Bus), crèche … tout en attirant de nouvelles enseignes commerciales,

  • D’un travail d’innovation autour de la thématique commerce : intégration des nouveaux modes de consommer : drive piéton, bornes de retrait pour les commandes Internet …

Un plan de relance qui est accompagné d'aides à la rénovation des façades, de requalification des friches urbaines, de l'accompagnement des propriétaires privés dans la rénovation et la réhabilitation du parc locatif du quartier Saint-Pierre et de rénovation d'équipements publics. 

Le pôle ESS « Anima » (voir notre article dédié) est associé sur plusieurs axes du projet de revitalisation du centre-ville, c’est d’ailleurs l’objet essentiel du Pôle Territorial de Coopération Economique (PTCE) porté par sa tête de réseau les Ateliers de la Citoyenneté (ADLC).  Ce pôle ESS, situé en plein cœur de l’hyper-centre, propose des services qui favorisent les niveaux de fréquentations au sein de ce périmètre. De plus, Anima participe avec la Ville de Calais et la SPL Calais Commerce et Centre Urbain à l’accompagnement des projets d’implantation de commerce. La Ville de Calais accorde des aides aux loyers et d'autres aides nécessaires au bon lancement de nouvelles activités. Parmi ces aides, l’atelier multimédia porté par 5 salariés en insertion des ADLC propose d’accompagner les porteurs de projets et commerçants sur le volet communication : aide à la réalisation de l’enseigne, création de flyers, création de pages sur les réseaux sociaux.  Enfin, le pôle ESS Anima participe à la mise en place d'un service de commande en ligne « Mon shopping, c’est Calais ». Les consommateurs peuvent y effectuer leurs achats en ligne auprès de leurs commerces de proximité (boulangeries, boucheries, épiceries…), Anima proposant également la livraison en vélo-cargos sur un rayon de 3 kilomètres autour du centre-ville de Calais. 

Quels sont vos chantiers actuels sur le champ de l’ESS ?

Plusieurs axes prioritaires dans le champ de l’ESS sont mis en œuvre et soutenus fortement par l’agglomération Grand Calais Terres & Mers, ainsi que la Ville de Calais sur son périmètre, à la fois en terme de fonctionnement et en terme de projets et de structuration. Cela passe notamment par :

  1. La structuration de l’éco-système de l’ESS avec la constitution du Pôle ESS et PTCE. A ce titre, la Communauté d'agglomération et la Ville de Calais ont joué à plein leur rôle de facilitateur et de catalyseur des énergies déployées dans le champ de l’ESS. L’agglomération a, dans la continuité, appuyé à hauteur de 20 000 euros en 2019 la structuration du PTCE visant à développer les partenariats entre le Pôle ESS, les collectivités et les acteurs du secteur marchand classique, autour d’un objet principal qu’est la redynamisation des centre-villes, comme nous venons de le voir. 
  2. Le développement d’une politique spécifique de mobilité. La Communauté d'agglomération réoriente ses financements en matière d’ESS vers l’axe important de la mobilité, beaucoup d’habitants se trouvant trop souvent encore démunis dans ce domaine, faute de permis, de moyens de locomotion, ce qui constitue notamment un véritable frein à l’employabilité. La mise en place d’une fondation Mobilité, portée par l’association Face Côte d’Opale et soutenue par Grand Calais Terres & Mers (10 000 € en 2019) vise ainsi à répondre à cette problématique avec différentes options proposées aux habitants telle que la location de scooter à prix très réduit.

  3. Le soutien plus spécifique à l’insertion par l’Activité Economique (IAE) : le territoire a la chance d’avoir un riche terreau de structures travaillant dans le champ de l’IAE. Elles sont soutenues dans leur fonctionnement par les collectivités locales du Calaisis pour un montant de 250 000€ en cumulé en 2018 et 2019. De même, nous mettons en place des marchés d’insertion pour allier insertion et mise en valeur du patrimoine. En 2018, ce sont pas moins de 2800 heures pour 18 salariés en insertion qui ont travaillé au défrichement et l’entretien des abords de la Citadelle de Calais et des Jardins Tudors.

En 2019, le RTES poursuit ses travaux engagés sur l'articulation entre Politique de la ville & ESS. Sur cette thématique, quelles sont les actions développées par Grand Calais Terres & Mers ?

L’évaluation à mi-parcours du Contrat de Ville 2015-2020 de l’agglomération a révélé une marge de progression forte en matière de lien entre le champ de l’ESS et le champ marchand classique, tout particulièrement dans l’accompagnement des salariés en fin de CDDI au sein des structures d’insertion, très fortement issus des Quartiers Politique de la Ville (QPV), dans une logique de parcours.

Nous nous appuierons notamment sur deux leviers :

  • La signature des Pactes avec les Quartiers pour Toutes les Entreprises (le dispositif PAQTE) dans lesquels nous viserons à inciter les entreprises du secteur classique à mieux travailler et prendre en compte les structures de l’ESS, notamment dans l’optimisation des parcours des salariés en CDDI. 

  • La mise en œuvre d’une action expérimentale dans le cadre de la Politique de la Ville de la structure des ADLC qui vise à renforcer, avec un poste dédié, les coopérations sociales avec le secteur marchand dans l’optique d’améliorer les taux de sorties positives.

Quelles sont vos attentes vis-à-vis du RTES ?

Je résumerai notre réel intérêt pour le RTES en ces quelques mots : partage de bonnes pratiques, mise en réseau, communication.

Comme d’autres champs du monde territorial, la structuration du réseau au niveau national et les échanges de bonnes pratiques passent par l’existence et le travail d’une structure réunissant l’ensemble des acteurs volontaristes dans le champ de l’ESS, ce que fait très positivement le RTES.