Réseau des collectivités Territoriales pour une Économie Solidaire

itw trogrlic rousset
Le 2 avril 2019

L'ESS comme outil de développement rural - Entretien croisé entre Emmanuelle Rousset et Laurent Trogrlic

À l'occasion du séminaire de lancement du projet TRESSONS pour renforcer l'ESS en milieu rural, Emmanuelle Rousset, vice-présidente du Conseil départemental d'Ille-et-Vilaine en charge de l'ESS et de la Politique de la ville, et Laurent Trogrlic, vice-président du Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle délégué au développement économique et à l'attractivité, reviennent pour nous sur le rôle des Conseils départementaux dans l'appui aux territoires ruraux par l'ESS.

Quels rôles d’un Conseil départemental dans le développement de l’ESS et dans l’appui aux territoires ruraux ? 

Emmanuelle Rousset (E.R) & Laurent Trogrlic (L.T) : Les Départements sont chefs de file en matière de solidarités humaines et territoriales. Dans ce cadre, l'ESS est un bon outil pour sa mise en œuvre, car elle permet de répondre aux besoins des territoires en co-construisant avec les acteurs.

E.R : Concernant le soutien aux commerces en milieu rural, le Département d'Ille-et-Vilaine a mis en place un cycle de visites d'initiatives d'ESS en milieu rural et des outils dédiés aux élus ruraux pour faciliter la revitalisation commerciale de leur commune, en s'appuyant notamment sur la mobilisation citoyenne (voir notre article zoom sur).

L'appui du Département aux territoires ruraux passe également par les dispositifs de notre politique de développement de l'ESS : appel à projets innovants d'ESS ancrés dans les territoires, propulseur d'entrepreneuriat d'ESS « Tag35 », cofinancement de 7 pôles ESS implantés dans 7 Pays d'Ille-et-Vilaine. Le pôle ESS des Fougères est par exemple financé sur une dynamique de mobilisation citoyenne « participation et ruralité » dans deux communes dévitalisées du nord du département.

L.T : En Meurthe-et-Moselle, une organisation au plus près des territoires en appui des Chargés territoriaux de l’économie solidaire (CTES) a été mise en place. Ils ont su créer sur les territoires un écosystème favorisant le développement de cette économie solidaire grâce à des actions d’animation, de mise en réseaux (dont on a pu voir l'importance lors du séminaire) et d’apport en expertise: faire émerger et accompagner à la création d’activités et d’emplois, favoriser l’innovation sociale et le droit à l’expérimentation, apporter des réponses originales à des besoins identifiés, structurer des dynamiques collectives en lien avec les politiques départementales,…

E.R & L.T : Chacune de ces politiques montrent que l'ESS n'est pas une fin en soi. Nous ne sommes plus dans une posture de défense catégorielle de l'ESS mais nous la présentons, de manière beaucoup plus efficace auprès des autres services, comme un outil au service du développement local, apportant des réponses adaptées aux besoins territoriaux.

L'appui aux territoires ruraux se fait dans une logique transversale. Quelles autres politiques publiques sont mobilisées ?

E.R : L'appui aux territoires ruraux du Conseil départemental d'Ille-et-Vilaine a été construit avec un regard ESS, que l'on retrouve également dans d'autres politiques publiques du Département (développement local, agriculture, Schéma départemental d'amélioration de l'accessibilité des services au public (SDAAP))…Nous essayons d'avoir un rôle de facilitateur dans l'émergence de projets.

Nous mettons également des moyens d'ingénierie à disposition des communes rurales via notre Schéma de Promotion des Achats Publics Socialement et Ecologiquement Responsables (SPASER) en regroupant certains de nos achats publics avec ces communes. Nous accompagnons également le développement des territoires ruraux par d'autres politiques départementales telles que l'entretien des infrastructures ou notre « plan numérique » pour le déploiement de la fibre optique dans des zones rurales où les opérateurs privés seraient sinon absents.

L.T : Le Département de Meurthe-et-Moselle apporte un soutien aux projets portés par les communes rurales, avec notamment : 

  • les Contrats Territoires Solidaires avec 3 axes ciblés : améliorer l'accès des services au public, participer à la transition écologique, favoriser la solidarité, le lien social et la citoyenneté.
  • le renforcement des outils d’ingénierie au service des territoires et notamment des communes rurales.
  • Mais aussi une politique globale des mobilités, un soutien au tourisme, à l’agriculture en garantissant des débouchés aux productions locales (circuits courts) , l'appui à la Cité des paysages (sur un site emblématique de Meurthe-et-Moselle), sans oublier la couverture de tous les territoires en très haut débit et l’accompagnement des populations aux usages du numérique, qui va permettre un nouveau développement dans les territoires peu denses...

En quoi soutenir les acteurs de l’ESS permet-il de répondre aux enjeux du monde rural ? 

E.R : Au-delà du rôle des acteurs de l'ESS dans la revitalisation commerciale des territoires ruraux, ils peuvent également développer des services de proximité. Le Conseil départemental finance ainsi plusieurs conserveries, ressourceries, épiceries mobiles, librairies itinérantes ou tiers-lieux en milieu rural.

De nombreux projets émergent au niveau local en matière de production d'énergies renouvelables ou de mobilité par exemple, mais ils restent souvent tributaires du bon vouloir des élus locaux et leur changement d'échelle pose question. Nous réfléchissons actuellement à l'implantation d'une légumerie, en lien avec Agrobio et des ESAT, pour favoriser l'agriculture locale et l'approvisionnement en circuit de proximité des EPHAD, collèges ou ESAT du Département. Sur le numérique, nous soutenons l'association Collporterre qui accompagne les démarches collaboratives sur les territoires.

L.T : Nous l’avons vu lors du lancement du séminaire national du programme TRESSONS, les territoires ruraux foisonnent d’initiatives et font preuve de créativité et d’innovation dans de nombreux domaines et peuvent servir d’inspiration à de nouvelles modalités d’actions au sein de la société.

De nombreux projets illustrent cette intelligence collective avec des :

  • projets qui sont à la croisée du sociétal et de l’économie où l’ESS a toute sa place (Programme Alimentaire Territorial, Territoire à Energie Positive, et croissante verte ...),
  • projets conjoints entre acteurs classiques et acteurs de l’ESS (DEIT, projet de galerie marchande solidaire et circulaire),
  • projets qui font preuve d’innovation d’expérimentation (Territoire zéro chômeur de longue durée de la communauté de communes Pays de Colombey - Sud Toulois). 

Comment favoriser les rapports de coopération entre territoires ruraux et urbains ?

L.T : Faciliter la coopération entre les territoires urbains et ruraux dans une perspective de développement réciproque et solidaire permet de répondre aux enjeux qui dépassent le périmètre institutionnel (mobilités, développement économique, tourisme,…), de mettre en valeur les interdépendances entre territoires et les “boucles vertueuses” de développement.

E.R : La métropole rennaise est souvent perçue comme absorbant les richesses du territoire, mais cet effet métropolitain est équilibré par un important système de péréquation avec les zones périphériques plus fragiles du département.

Les droits de mutation (compris dans les frais de notaire lors de ventes immobilières) en constante augmentation en Ille-et-Vilaine et notamment sur la métropole rennaise, permettent de dégager des marges de manœuvre financières importantes redistribuées via nos contrats départementaux de territoire (dont certains présentent d'ailleurs l'ESS comme outil de développement local), signés avec les EPCI, en fonction de la richesse fiscale de chaque territoire.  

Le projet TRESSONS, co-porté par l'Avise et le RTES, a pour objectif de renforcer l'ESS en milieu rural. Il est un des lauréats de l'appel à projet Mobilisation Collective pour le Développement Rural, cofinancé par le Feader et initié par le Réseau Rural National.

Retrouvez notre article retour sur le séminaire de lancement du 2 avril 2019 à Nancy.

financeurs TRESSONS