Réseau des collectivités Territoriales pour une Économie Solidaire

finansol
Le 4 juin 2019

Baromètre de la finance solidaire 2019 : une progression continue dans un contexte pourtant contraint

Le 17e baromètre de la finance solidaire vient d'être publié par La Croix et l’association Finansol. Il relève qu'en 2018, l’encours total de l’épargne solidaire a atteint 12,6 milliards d’euros, en progression de 8,7 % par rapport à 2017, ce malgré la mauvaise tenue des marchés financiers en 2018. Cette belle performance est due notamment à 423 000 nouvelles souscriptions.

La progression est d’autant plus notable que les variations sur les marchés financiers ont fait baisser le volume global de l’épargne salariale, qui reste de loin le plus important des trois canaux de collecte de la finance solidaire.

Outre l’épargne salariale, les deux autres canaux progressent également. L’encours de l’épargne via les banques ou les mutuelles d’assurance est passé de 3,6 milliards à 3,9 milliards d’euros, soit une progression de plus de 8 %. Surtout, le nombre de souscriptions a augmenté de 27 %.

La lutte contre l’exclusion capte plus de la moitié des financements générés par l’épargne solidaire (parc du logement très social, action sanitaire et sociale, accompagnant les projets d’hébergement des personnes handicapées ou dépendantes et l’insertion par l’activité économique (notamment par des activités économiques dites « à forte utilité sociale »)).

Le financement d’activités environnementales a fortement crû au cours des deux dernières années, au point d’absorber le quart des ressources émanant de la finance solidaire : aide aux entreprises et associations de la filière biologique et de circuits courts agricoles, soutien aux énergies renouvelables. Enfin, le soutien à des projets tenus dans des pays en développement représente désormais la troisième voie la plus importante dans la répartition des ressources issues de la finance solidaire.

Plus d'informations sur le site de La Croix