Réseau des collectivités Territoriales pour une Économie Solidaire

musée sauvage
Le 3 avril 2019

Argenteuil : occupation éphémère d'un ancien musée par le collectif "Musée Sauvage"

La Ville d'Argenteuil a signé en septembre 2018 un préaccord d’occupation avec un collectif d’associations « Musée Sauvage » dont l’objectif est d’occuper de façon éphémère (sur trois ans) et de réhabiliter les locaux de l'ancien musée d'Argenteuil, fermé depuis 2010.

L'association Akousmatic, composée d’artistes, artisans et architectes, est à l'origine du projet, ayant déjà travaillé sur un projet similaire aux abattoirs de Pontoise, en 2014. D'autres associations et collectifs, d’Argenteuil et d’ailleurs, se sont jointes à leur projet, notamment, la Pastèque (lutte contre le gaspillage), la compagnie La Tempête (musique classique) ou encore la compagnie Sinolo (Théâtre).

Durant l'hiver 2018-2019, le collectif d'associations « Musée Sauvage » a entrepris des travaux d'aménagement et de rafraichissement de l'ancien musée. La mise en commun des savoir-faire et des ressources offre un modèle de coopération inédit pour la réouverture du lieu. L’essentiel des travaux sont assumés directement par les membres de l’association et les habitants volontaires, la ville se chargeant quant à elle de certaines interventions fondamentales (couverture, sécurité incendie, …).

L'ouverture est prévue pour l’été 2019, avec des ateliers manuels, techniques, culturels, concerts, spectacles, brocantes, etc... L’idée des initiateurs du projet est de faire de l’ancien musée un lieu de vie et de partage mutualisé entre des acteurs variés.

Un café associatif y prendra notamment place, ainsi que des bureaux partagés, un atelier de menuiserie ainsi que des espaces de travail artistique. Une programmation évènementielle se déploiera tout au long de l’année.

La Ville d'Argenteuil a adoptée en conseil municipal du 28 novembre 2018 une convention d'occupation précaire de 3 ans. Elle souhaite rester à moyen terme propriétaire et utilisateur de ce site remarquable.

Les structures résidentes apportent des ressources matérielles et humaines (salariés ou bénévoles) et prévoient également de solliciter le soutien des collectivités territoriales et de l’Etat ainsi que le soutien de mécènes, notamment par le biais de fondations, notamment s’agissant du volet d’investissement et d’équipement du lieu.

Pour plus d'informations, retrouvez cet article du collectif et le lien vers la page Facebook de Musée Sauvage.

Contact : museesauvage@gmail.com.

En lien avec cet article, le RTES publie au mois d'avril son nouveau guide RepèrESS sur "l'accès au foncier des acteurs de l'ESS".